Tradition

XXII Dimanche T.O.

          Après la lecture intercalée du chapître six de Jean,  la Liturgie nous fait reprendre la lecture de Marc. La longue réflexion sur le ” pain ” est reprise par la discussion empreintée aux pharisiens qui sont scandalisés par le fait que les disciples “mangent avec les mains impures ” . Les traditions, les us et les precriptions sont au service d’une croissance intérieure qui s’exprime par une attention extérieure aux plus faibles. L’épouvantail d’un mécanisme religieux risque de donner l’illusion de devenir purs. La conformité à l’Evangile rend humbles et donc purs. Ce qui nous incombe est de purifier le coeur et surtout de faire correspondre avec authenticité et sans peur, notre intérieur avec l’image extérieure que nous montrons. Si les scribes et les pharisiens risquent de se confiner dans la pureté rituelle, nous risquons de trop nous fier à nos bonnes intentions. Pour tous, le danger est alors d’être purs et durs en vivant dans l’illusion de la pureté. En ce sens, l’apôtre vient à notre rencontre avec un critère de discernement qui est, en même temps, intérieur et vérifiable à l’extérieur : ” la religion pure et sans tache face à Dieu notre Père est celle-ci : secourir les orphelins et les veuves dans leurs afflictions et se conserver purs de ce monde ” ( Jc 1, 27 ). Naturellement, nous sommes enclin à identifier ” ce monde ” avec ” celui ” qui est à l’extérieur de nous et qui se voit et se rencontre au ” marché “( Mc 7, 4 ). Pour le Seigneur Jésus il s’agit du monde dont nous devons apprendre à prendre des distances pour pouvoir nous approcher de Dieu en cultivant la sainteté en nous : ” au coeur des hommes ……prostitutions, vols, homicides, adultères, cupidité, malveillance, tromperie, envie, calomnie, superbe, orgueil ( Mc 7, 22 ) ” Contre ces passions désordonnées profondément enracinées dans ce que les Pères appellent ” philautea/amour de soi ” ce nest pas suffisant de laver l’extérieur. Nous devons nous faire laver/baptiser – c’est le terme employé par Marc – dans le plus profond de notre coeur jusqu’à transformer notre façon de penser. Les pharisiens hypocrites apostrophés par le Seigneur révèlent un rare oubli dans un monde sacralisé où chaque geste est accompli ” soigneusement ” ( 7, 3 ). Ce même soin pouvait devenir exemple auquel se dédié au lieu de nettoyer et purifier l’intérieur de notre coeur. Le mépris alors superficiel que nous maintenons face aux us religieux de notre maison ou des autres croyances et coutûmes, contraste profondément avec l’attachement du Seigneur Jésus :” rectifier sans mépriser et illuminer sans ridiculiser ” . Nous faisons attention à nous-mêmes pour réfuter le risque d’endosser à notre tour un manque,  en grec – ypochritès  -, sous lequel nous tendons et tentons de cacher notre froideur par rapport à Dieu. Cette froideur glaciale du coeur se manifeste – d’après l’apôtre Jacques – par notre desintérêt des autres. Le Seigneur Jésus ne justifie pas l’irreligiosité ou un attachement sécularisé, mais il nous demande de ne jamais perdre de vue l’origine et la fin de tout geste religieux. Les gestes rituels sont un moyen de créer une profonde prise de conscience avertie : ” chaque bon cadeau et chaque don parfait viennent de l’autre et descendent du Père, créateur de la lumière “. La ritournelle du Deutéronome ” écoute ” ( Dt 4, 1 ) est comme un mantra qui vient s’imprimer dans notre coeur et accompagne toute notre vie pour nous donner la possibilité et la joie d’accueillir ” avec docilité la Parole qui a été plantée ” ( Jc 1, 21 ) en nous. La tentation de continuer à allonger la liste de ce qu’il faut faire pour être agréable à Dieu, peut devenir une tendance obsessionnelle. Le risque est d’identifier la fidélité à un Dieu proche dont parle le Deutéronome avec ces ” nombreuses autres choses ” évoquées par le Seigneur Jésus. Si l’on ne peut vivre en dehors de la ” tradition”, il faut toujours se garder de multiplier à l’infini. L’attention du Deutéronome est claire, elle semble même avoir une valeur quasi thérapeutique : ” N’ajoutez rien “. Cela signifie veiller sur la pureté de nos pratiques en ayant à coeur l’essentiel. 

0 commenti

Lascia un Commento

Vuoi partecipare alla discussione?
Fornisci il tuo contributo!

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *