Respecter

V Dimanche de Pâques

Les yeux, illuminés par la splendeur de la Jérusalem céleste qui fait de l’Eglise une épouse et du Christ l’époux, peuvent supporter et traverser les ténèbres qui voilent la douce lumière du Cénacle quand Judas se laisse engloutir par la nuit. Alors que la nuit de la trahison et de la passion allonge ses ombres, le Seigneur Jésus continue à répandre la lumière de sa tendresse et de son amour : Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres. Le commandement que nous a laissé le Seigneur est ce qui peut réellement renouveler toute chose en nous et autour de nous. Le tracé des pérégrinations et des initiatives politiques décrites dans la première lecture peut se lire en tant que reflets à l’infini – de manières toujours neuves – de l’unique salut qui vient de la résurrection. Le chemin est toujours et encore devant nous, jusqu’à la consommation des noces dans la Jérusalem céleste. Un signe distinctif de l’amour est la capacité de respecter et, d’une certaine façon, d’aimer jusqu’au refus de l’amour ! Pour cela, le Seigneur laisse partir dans la nuit de son choix et de son cœur l’un de ses apôtres, sans lui imposer inutilement le fardeau d’un appel à aimer, désormais, ici, la vie de Judas s’est complètement fermée…une fermeture qui ne peut être forcée par l’amour sinon dans la forme de l’absolu respect du non-amour. Comme l’écrivait et continuait de le dire Raoul Follereau : ” La charité est l’ordre qui règne dans la vie même de Dieu et elle devient reflet pour nous de son éternité ” et, il ajoute ” c’est seulement ainsi que nous deviendrons vraiment humains”. En attendant, notre humanité est comme le bateau évoqué dans la première lecture :  nous pouvons avancer en défiant les courants et les vagues ou nous conformer aux vents seulement dans la mesure ou notre propre voile se plie au souffle de l’Esprit.

Le témoignage des apôtres ne s’identifie pas d’abord avec la transmission d’un message, mais avec le partage d’une expérience de force, de courage, de persévérance, d’amour, de résistance à tout ce qui fait vieillir notre nuptialité intérieure.

.

0 commenti

Lascia un Commento

Vuoi partecipare alla discussione?
Fornisci il tuo contributo!

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.