Liberté royale

Christ Roi

Une fois encore, l’évangéliste Marc cède sa place à Jean avec lequel nous concluons cette année liturgique. Nous le faisons en retournant au moment le plus fort de la vie du Seigneur qui est sa glorieuse Passion. Alors que Pilate et les notables du peuple cherchent à déstabiliser ou falsifier la vérité des faits concernant le prophète qui vient de Galilée, le Seigneur Jésus révèle par sa liberté royale la vérité sur sa personne qui est indissociable du mystère de sa mission. Face à la tentative de délégitimer la prétention messianique de Jésus, ceux-ci avec sa parole, ses gestes et même ses silences révèlent l’ordre et la façon divine de lire et guider l’Histoire. L’annonce de Jésus ne peut être détruite car elle ne peut être manipulable car ” elle n’est pas de ce monde”. Pilate est un masque à facettes – l’Histoire en produit continuellement – sous lequel se cache l’Ennemi de la liberté. Alors que nous accomplissons le cycle d’une année liturgique, où il nous a été donné à nouveau de méditer le mystère du Christ et que nous nous préparons à vivre un nouveau temps de l’Avent, la Liturgie nous demande de tourner le regard de notre coeur ” vers Celui qui nous aime et nous a libérés de nos péchés par son sang, qui a fait de nous un règne de prêtres pour son Dieu et Père : à Lui la puissance et la gloire pour les siècles des siècles, Amen ” ( Ap 1, 5-6 ). le voyant de Patmos est tellement pris par sa vision du Christ Ressuscité qu’il révèle que même ” ceux qui l’ont transpercé ” ( 1, 7 ) doivent s’adresser à Lui. En un mot, personne n’est exclu. Au contraire, chacun est invité à entrer dans le Règne de Dieu qui nous a été annoncé en Christ, le Seigneur. La Liturgie de ce dimanche nous fait contempler le mystère du Règne de Dieu . Le Règne vient à travers la contemplation de Jésus qui, devant Pilate, déclare avec solennité : ” Je suis roi ” ( Jn 18, 37 ). Dans la mesure où chacun de nous se montre capable d’accueillir la logique de l’Évangile, il participe à cette même royauté. Mais nous pourrions nous demander : quel est le secret du roi ? Une réponse possible à cette question se trouve dans la Collecte de la messe : ” Dieu tout-puissant et éternel, qui a voulu renouveler toute chose en Christ, ton Fils, Roi de l’Univers, fais que chaque créature, libre de l’esclavage du péché, te suive et te loue sans fin “. Le ” secret du Roi ” ( Tb 12, 7 ) est justement le mystère de la liberté dans une relation où il n’y a plus de ” serviteurs ” ( Jn 1 8, 36 ) mais seulement des ” amis ” ( Jn 15, 15 ). La solennité de ce jour nous aide à maintenir la bonne distance et s’il en était nécessaire, à savoir nous opposer résolument à toute erreur sur la royauté du Christ quand elle est exprimée – comme déjà de la part des apôtres et de ceux qui rencontrent Jésus sur les routes de Palestine – dans un sens politique. La royauté du Seigneur Jésus est proposée à chaque baptisé par l’immersion dans l’eau et l’onction par le Saint Chrême. Le fruit de cette immersion est d’être libéré de la racine de l’égoïsme, racine de tout péché, afin d’être libres d’aimer comme le Christ jusqu’à donner sa vie. La confrontation avec Pilate est vraiment l’affrontement entre deux logiques incompatibles et aux antipodes : l’égoïsme et l’amour, le pouvoir et le service, l’esclavage et la liberté. Le prophète Daniel voit ” venir avec les nuages du ciel un qui est semblable à un fils d’homme ” ( Dn 7, 13 ) et proclame ” son pouvoir est un pouvoir éternel qui ne finira jamais et son règne est tel que jamais il ne sera détruit ” ( 7, 14 ). Sous la croix où la Mère et le disciple aimé savent rester jusqu’à l’ultime fin, persévérants dans l’amour, ils n’ont pas ” combattu” ( Jn 18, 36 ) pour défendre Jésus, mais ils ont accompagné amoureusement l’offrande comme Aaron et Chur ont  soutenu le bras de Moïse alors que le peuple combattait contre Amalek guidé par Josué ( Ex 17, 10 ).Christ est ” le témoin fidèle ” de ce dynamisme de libération de la peur qui est le travail quotidien de chaque disciple . Libérés, nous devenons libres d’aimer come le Christ jusqu’à donner, sans aucune difficulté, avec la royauté du coeur, notre vie pour la vérité de l’amour.

0 commenti

Lascia un Commento

Vuoi partecipare alla discussione?
Fornisci il tuo contributo!

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *