Aujourd'hui, la parole

II Dimanche du T.O.
Saturday, 16 January 2021
( 1 Sam 3, 3-10.19 / Ps 39 / 1 Cor 6, passim / Jn 1, 35- 42 )             La première parole prononcée par Jésus dans le quatrième évangile est une question : " Que cherchez-vous ? " La même question sera...

Dernières nouvelles

Monastère benedictine Koinonia de La Visitation.                                                                                                 Noel 2020 Rhêmes-Notre-Dame (Ao)       Comme Marie nous voulons faire grandir en nous cette Esperance que nous désirons partager avec tous les frères et sœurs...

( Is 55, 1-11 / 1 Jn 5, 1-9 / Mc 1, 7-11 ) 

 

          Cette fête du Seigneur, par laquelle se conclut le temps de Noël, a été insérée, seulement depuis peu, dans notre tradition latine. Précisément dans les années soixante du siècle dernier, alors que c'est, depuis toujours, l'une des " douze fêtes" de la tradition liturgique dans les églises orientales. Malgré leurs diversités et même leurs hésitations, l'ensemble des traditions liturgiques a saisi la grandeur importante de ce moment qui révèle au monde Jésus comme " le Fils aimé, bien-aimé " ( Mc 1, 11 ) du Père. Certains y ont vu une sorte d' "ordination messianique", alors que la tradition byzantine parlerait de théophanie : révélation de la divinité .De son côté, l'apôtre Jean, dans la seconde lecture de ce dimanche, la définirait sans doute, plus volontiers, comme le début de l'histoire d'amour entre Jésus - désormais adulte et conscient de sa propre mission - et de notre humanité à épouser et à sauver. Il dit, en effet: " Celui qui croit que Jésus est le Christ a été engendré par Dieu, et celui qui aime celui qui a engendré, aime celui qui, par lui a été engendré " ( 1 Jn 5, 1 ). La prière de l'Eglise nous aide à localiser la fête de ce jour justement  à la lumière de l'amour sponsal  : " accorde à tes fils , nés à nouveau de l'eau et de l'Esprit, de vivre toujours dans ton amour" ( Collecte ). En célébrant cette fête du Seigneur qui nous fait passer de la célébration de Noël au temps ordinaire qui prélude le Carême, nous sommes pris par la main et introduits - plus précisément initiés - aux baptêmes de notre vie quotidienne. Ces baptêmes du quotidien deviennent ainsi le lieu théologique où se révèle pour nous aussi l'amour de Dieu qui reste le fondement de notre aventure humaine. Les paroles du prophète Isaïe résonnent comme un appel qui a tout à fait l'air d'être une invitation à la noce : " Debouts, écoutez-moi et vous mangerez de bonnes choses et goûterez des mets succulents. Tendez l'oreille et venez à moi, écoutez et vous vivrez. J'établirai pour  vous une alliance éternelle et des faveurs assurées à David " ( Is 55, 2 - 3 ). Nous retrouverons ce texte lors de la célébration de la " mère de toutes les veillées " et ceci met en relation la fête du Baptême avec le mystère pascal où chacun de nous est appelé à renaître et à partir duquel nous sommes toujours appelés à repartir. Alors que nous contemplons le Christ Seigneur émerger des eaux du Jourdain, à tout point de vue identique à nous, nous ne pouvons que voir " les cieux s'éclaircir" ( Mc 1, 10 ) pour que notre terre devienne plus sainte et plus lumineuse par les cieux grandioses et immaculés. Pour cela, nous pouvons dire avec l'apôtre : " ses commandements ne sont pas pénibles " ( 1 Jn 5, 3), car le Seigneur Jésus porte désormais chaque poids de notre humanité " avec nous"....et même pour nous et devant nous. Il ne nous reste plus qu'à assumer les mêmes sentiments passionnés du Père et à accueillir pour l'imiter, la présence du Christ en nous avec le désir conscient de " vivre toujours dans ton amour".