Aujourd'hui, la parole

Attendre le... Tu
Saturday, 28 November 2020
I Dimanche de l'Avent ( Is 63 - 64 passim / Ps 79 / 1 Co 1, 3 - 9 / Mc 13, 33 - 37 )             Le prophète Isaïe qui deviendra une présence particulièrement  chérie dans notre vie tout au long de ce nouveau...

 LA TOUSSAINT

( Ap 7, 2 - 4 / Ps 23 / 2 Jn 3, 1 - 3 / Mt 5, 1 - 12a )

 

       La fête d'aujourd'hui est une fête entourée de lumières, de couleurs et de saveurs toutes particulières ! La fête d'aujourd'hui est la fête de la synthèse et elle se présente ainsi comme la synthèse de tant de fêtes liées à l'histoire unique et sans comparaison de tant - d'innombrables - hommes et femmes - qui, à travers les longues et différentes saisons de la vie ont su conserver " jusqu'à la fin " ( Mt 10, 22. 24, 13 ) le goût de la vie et son inconfondable saveur : " vous êtes le sel de la terre " et encore : " vous êtes la lumière du monde" ( Mt 5,5, 13- 14 ). La liturgie nous indique et nous montre que cette synthèse n'est possible qu'à partir d'une réalité de base dont nous sommes appelés à prendre conscience afin de croître  en toute connaissance de cause : " Voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu - et nous le sommes réellement - ! ( 1 Jn 3, 1 ) L'on ne peut pas comprendre l'histoire et surtout, l'on ne peut pas comprendre l'histoire de la sainteté, sinon à partir de cet amour prévenant et fondateur qui fait de chaque créature une oeuvre unique de Dieu dans laquelle toutes les couleurs sont reflétées, offertes, d'une certaine façon, en un blanc éblouissant. L'éclat est tel que l'on ne peut se retenir de poser la question : " Ceux qui sont habillés de blanc, qui sont-ils et d'où viennent-ils ? " ( Ap 7, 13 )

         Par cette question, posée par " un des anciens ", chacun de nous est concerné car, inévitablement, il est appelé à entrer dans les rangs de " ceux qui viennent de la grande tribulation et qui ont lavé leur vêtement dans le sang de l'Agneau pour le blanchir " ( Ap 7, 14 ). En effet, le mystère de l'amour auquel fait référence l'apôtre de l'amour dans sa première lettre, ne peut jamais se consumer si ce n'est dans la participation, dans l'immersion, dans la communion absolue avec l'Amour qui marque - par un seul de ses regards - sur l'aimé, le" sceau du Dieu vivant " ( Ap 7, 2 ). Et le sceau qui permet d'être reconnus faisant partie " de notre Dieu" est vraiment l'Ogdoade des Béatitudes qui, en signe d'anneau de marié nous est offert comme programme de vie : être heureux et être saints !... programme dont nous ne pouvons plus nous séparer et que rien ne peut diffamer ni enlaidir.

        Les Béatitudes, l'esprit des Béatitude que frère Roger Schutz aimait résumer en trois paroles : " joie, simplicité, miséricorde " n'est pas simplement l'énumération d'une catégorie de personnes dont nous pourrions plus ou moins faire partie en tant que personne ou comme groupe. Les Béatitudes sont bien plus qu'une échelle qui étape par étape, nous fait grimper ou accéder à la vie même de Dieu, jusqu'à goûter le même bonheur impénétrable et imperturbable d'être en paix avec soi-même. Les Béatitudes sont la bague que nous portons continuellement à notre annulaire dont les huit perles, par leur splendeur unanime et pourtant différente, attestent continuellement - et même dans la plus terrible des obscurités - à nous-mêmes et aux autres  " ce que nous serons " dans la mesure où nous le sommes déjà : " le Christ nous servira et nous montrera son visage lumineux et son corps glorieux par les signes de la fidélité et de l'amour. Nous regarderons aussi tous les corps glorieux avec tous les signes de l'amour qui ont servi Dieu depuis le début du monde...Nos coeurs vivants s'enflammeront d'un amour ardent pour Dieu , pour tous les saints1 et pour tous nos frères et soeurs en humanité.

Seigneur Jésus, l'Eglise ne fête pas aujourd'hui une perfection impossible. Aujourd'hui, c'est la fête, car toi, l'Epoux, tu nous choisis, un par un, tu nous aimes et nous sommes à toi, appelés à laisser brûler avec un amour confiant, l'étincelle de notre vie, en communion avec ceux qui nous ont précédés et avec ceux qui, aujourd'hui, cherchent ta lumière sur un sentier saint et lumineux.

 

1. J. Ruysbroeck : Les sept degrés de l'amour