Aujourd'hui, la parole

Affiner
Saturday, 19 September 2020
XXV Dimanche du T.O. ( Is 55, 6 - 9 / Ps 144 / Ph 1, 20 c - 27 a / Mt 20; 1 - 16 )           La question que le Maître de la parabole pose à ses ouvriers mécontents et récriminants résonne ainsi : " N'as-tu pas...

  XXII Dimanche du T.O.     

  ( Jr 20, 7 - 9 / Ps 62 / Rm 12, 1 - 2 / Mt 16, 21 - 27 )

 

          L'une des prétendues " confessions de Jérémie " nous prépare à écouter ce qui arrive comme conséquence à la " confession de Pierre " dont nous avons lu l'évangile dimanche dernier. Jérémie, comme chaque disciple, est en lutte avec lui-même et porte un combat au plus profond de son coeur où il est continuellement poussé à se retirer et à avancer vers la fidélité à l'appel reçu : " Mais, dans mon coeur,  il y avait comme un feu ardent, enfermé dans mes os ; je m'épuisais à le maîtriser, sans y réussir " ( Jr 20, 9 ). Ce même feu, et sans doute bien plus brûlant encore, consume le coeur du Seigneur Jésus lorsqu'il prend position face aux " bons conseils" que Simon Pierre cherche à  prodiguer, avec un soin amoureux , à son Maître, avec, sans doute, une bonne dose de préoccupation pour sa propre sécurité. Les paroles sont fulminantes : " Passe derrière-moi, Satan ! " La motivation de cette parole dure exige une profonde attention : " Tu es pour moi une occasion de chute : tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes " ( Mt 16, 23 ).

          L' apôtre Paul se fait l'interprète de la parole du Seigneur Jésus et en profile avec clarté les conséquences ultérieures pour la vie du disciple : " je vous exhorte, par la miséricorde de Dieu, à offrir vos coeurs comme sacrifices vivants, saints et agréables à Dieu " et il ajoute : " c'est cela, votre culte spirituel " ( Rm 12 ). Le culte spirituel dont fait référence l'apôtre Paul est un culte qui doit continuellement passer à travers le creuset d'un engagement existentiel qui rend la vie de chaque jour " selon Dieu ". Alors que Simon Pierre se montre préoccupé par le sort du Seigneur Jésus, celui-ci semble plus préoccupé de la réaction des disciples face au mystère de la suite, face au mystère de la vie et pour cela, il ne parle pas de sa croix qui se profile toujours plus clairement à l'horizon, mais de celle dont chacun de nous est appelé à se mesurer : " Si quelqu'un veut me suivre, qu'il renonce à lui-même, qu'il prenne sa croix et me suive " ( Mt 16, 24 ).

          Pour le Seigneur Jésus, il ne s'agit jamais d'une croix quelconque et surtout, personne ne peut jamais porter la croix d'un autre, comme personne ne peut garder dans son coeur le feu d'une passion et d'un amour qui ne lui appartiennent pas. Comme disciples, nous sommes appelés à poser le regard sur le mystère du Christ , de le re-découvrir encore une fois, d'entrer et de rester dans une logique de perte qui est certainement scandaleuse pour nous comme pour tous ceux qui entrent en contact avec notre vie : " car, qui veut sauver sa propre vie la perdra, mais qui perdra sa propre vie à cause de moi, la trouvera " ( 16, 25 ). Seul un feu qui brûle dans le coeur pourra nous donner la force, comme Jérémie et comme Jésus, de ne jamais éteindre en nous la passion d'une recherche pour laquelle nous serons disposés à tout perdre pour ne pas nous perdre nous-mêmes.

Seigneur, fais que nous écoutions cet appel que tu mets dans notre coeur et qui nous pousse à chercher à reprendre la route, à ne pas nous rendre, à te chercher, à t'invoquer dans les difficultés, à te sentir proche à chaque instant. Si nous ne laissons pas de place à cet appel, tout perd de sa couleur, de sa saveur, de son harmonie. Continue à nous appeler, Seigneur, renouvelle en nous la passion pour le Règne et l'adhésion amoureuse aux petits signes de ton mystère à l'oeuvre incessamment dans le monde, dans les plus petits et en chacun de nous.