Aujourd'hui, la parole

Affiner
Saturday, 19 September 2020
XXV Dimanche du T.O. ( Is 55, 6 - 9 / Ps 144 / Ph 1, 20 c - 27 a / Mt 20; 1 - 16 )           La question que le Maître de la parabole pose à ses ouvriers mécontents et récriminants résonne ainsi : " N'as-tu pas...

 XXI Dimanche du T.O. 

( Is 22, 19 - 23 / Ps 137 / Rm 11, 33 - 36 / Mt 16, 13 - 20 )

 

          Il est demandé à Simon Pierre d'accepter d'être placé au fondement de la vie de l'Eglise, et ceci, non parce que le don reçu de la compréhension du mystère du Christ est un privilège, mais un service pour tous les frères : " Heureux, es-tu, Simon, fils de Yonas : ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux " ( Mt 16, 17 ). L'apôtre Paul, dans la deuxième lecture, le rappelle avec une grande intensité : " Quelle profondeur dans la richesse, la sagesse et la connaissance de Dieu " ( Rm 11, 31 ). Sans oublier que la pierre de fondation qui est la foi reçue en don pour Pierre se fonde sur le rocher unique qui est le Christ Seigneur. C'est le Seigneur Jésus qui se hâte de nous rappeler combien est dure et résitante la pierre du scandale qu'est le mystère pascal contre lequel se heurtent toutes nos illusions et nos superficialités, jusqu'à rendre nécessaire la deuxième recommandation de l'Evangile de ce dimanche : " Alors, Il ordonna à ses disciples de ne dire à personne que c'était Lui, le Christ " ( Mt 16, 20 ). La vérité sur le Seigneur Jésus n'est pas une vérité à divulguer, mais une réalité à témoigner après l'avoir incarnée dans notre vie, jusqu'à l'endurer dans notre chair.

          A Simon Pierre qui a l'intuition par une écoute profonde de la vérité de l'identité de Jésus avec qui il partage depuis un certain temps sa vie, le Seigneur Jésus demande - avec les disciples de tous les temps - un pas de plus qui est celui d'une grande et active responsabilité en devenant témoins crédibles du mystère ressenti : " Je te donnerai les clés du Règne des cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux et tout ce que tu délieras sur terre, sera délié dans les cieux " ( 16, 19 ). Cette parole n'est pas un cadeau, c'est une investiture comme celle dont on parle dramatiquement dans la première lecture. En effet, tout d'abord, il est dit durement à Sebna : " Je vais te chasser de ton poste, t'expulser de ta place " ( Is 22, 19 ). De Eliachim, reconnu comme " serviteur " du Seigneur, l'on dit : " Il sera un père pour les habitants de Jérusalem..." de telle façon que " s'il ouvre, personne ne fermera; et s'il ferme, personne ne pourra ouvrir " ( 22, 21 - 22 ).

          Ouvrir et fermer est le rôle de Simon Pierre, symbole de la conscience du croyant : ouvrir est fermer......fermer est ouvrir ! Ce qui a été attribué à Simon Pierre comme devoir particulier au service de tous et pour la joie de tous, est la mission de chaque disciple appelé à faire de sa propre vie une porte à travers laquelle notre réalité humaine peut communiquer jusqu'à se laisser intimement inonder par la vie même de Dieu. Gare à nous, à l'inverse, si, au lieu d'être une porte ouverte, nous transformons notre mystère de disciples, non en un ministère qui ouvre, mais plutôt en une sorte de frontière à passer difficilement. La tentation à laquelle nous devons continuellement résister est d'oublier la splendeur du mystère de Dieu qui nous est confié, mais dont nous ne sommes pas les maîtres, comme nous le rappelle Paul, quand il s'exclame : " ses décision sont insondables, ses chemins sont impénétrables " ( Rm 11, 33 ) .

Seigneur Jésus, tout dans ta parole nous appelle au dynamisme de l'amour. Que notre vie soit une fenêtre qui s'ouvre sur une mer d'étoiles et en même temps une vitre transparente qui nous protège de la tempête qui se prépare. Qu'elle soit une porte qui indique l'espace sacré du coeur et qu'elle s'ouvre pour partager, par une solidarité profonde et large. Qu'elle soit la respiration de notre vie et notre chemin dans ton amour.