Aujourd'hui, la parole

Mouvement
Saturday, 08 August 2020
   XIX Dimanche du T.O. ( 1 R 19, 9- 13 / Ps 84 / Rm 9, 1 - 5 / Mt 14, 22 - 33 )             Les lectures de ce dimanche nous donnent un peu le mal de mer ou, pour certains, le mal des montagnes....ou le mal des...

XIV Dimanche du T.O.

( Za 9, 9 - 10 / Ps 144 / Rm 8, 9 - 11 - 13 / Mt 11, 25- 30 )

 

Le livre du prophète Zacharie qui ouvre la Liturgie d'aujourd'hui, évoque les temps glorieux des conquêtes d'Alexandre Le Grand, et en inverse la logique : " Il est juste et victorieux, pauvre et monté sur un âne, un ânon, le petit d'une ânesse " ( Za 9, 9 ). L'image de l'âne s'oppose symboliquement à celle du cheval. Il y a une sorte de conversion du regard par laquelle s'opère la conversion du coeur. L'on passe ainsi d'un coup d'oeil sur l'image de ceux qui - comme le légendaire conquérant de Macédoine - se présentent dans toute leur splendeur sur un cheval,en vue  d'une image bien plus modeste de ceux qui se servent normalement d'un âne pour travailler ou voyager doucement et humblement. L'on pourrait résumer la pensée et le message de Zacharie comme un processus qui fait passer l'image d'un cavalier à celle plus modeste , en vue d'une logique de l'utilité plutôt que de la gloire, de la simplicité plutôt qu'à l'exceptionnel, du quotidien plutôt qu'à la recherche de l'extraordinaire.

Alors que les écoles ferment leurs portes et que les examens commencent pour les uns et les vacances pour les autres, le Seigneur Jésus nous demande de nous mettre à son école en se proposant d'en être le Maître : " Apprenez de moi que je suis doux et humble de coeur "  ( Mt 11, 29 ). Pourtant, avant de nous demander d'apprendre, le Seigneur s'offre à nous comme espérance de consolation et de soutien : " Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et oppressés et je vous procurerai le repos " ( 11, 28 ). L'école à laquelle le Seigneur propose d'inscrire et de souscrire notre vie est l'école de la tendresse divine qui se révèle dans un amour partagé qui devient disponible pour porter sereinement ensemble le " joug " de la vie. Ceci est pour le Seigneur Jésus le fruit de sa relation avec le Père, alors, que pour chacun de nous en tant que disciples, c'est le fruit de notre capacité à donner de l'espace dans notre vie à l'oeuvre de l'Esprit et, selon la parole de l'apôtre, cela a une conséquence simple et d'une grande efficacité : " Vous vivrez " ( Rm 8, 13 ).

Bien que le temps estival nous fait penser aux bagages pour les vacances, la parole du Seigneur nous rappelle que la meilleure façon de se reposer est d'alléger et simplifier au maximum le bagage de notre coeur afin que le joug, que parfois nous sentons trop lourd, ne nous opprime pas trop jusqu'à paralyser notre possibilité de vivre des relations authentiques par leur légèreté et leur profondeur. Le premier pas semble être celui d'entrer dans le rang des " petits" ( Mt 11, 25 ) dont le Seigneur parle à son Père. Être petits signifie espérer d'être immensément et gratuitement aimés. Seule cette certitude qui sera confirmée et vérifiée chaque jour permet au coeur de chacun de trouver vraiment le repos, jusqu'à nous rendre capables de donner repos et soutien à ceux qui partagent ou qui simplement croisent notre chemin. Comme le Seigneur Jésus, chacun de nous est appelé à devenir havre de paix et de sérénité pour ses frères et soeurs en humanité. Cela pourrait être une proposition pour ce temps estival : ne laisser passer aucune occasion pour soutenir, consoler, encourager. Si nous le faisons, ce sera un soutien pour nous aussi.

Seigneur Jésus, rends-nous doux et humbles de coeur, petits, immergés dans les temps de fêtes et du quotidien où nous pourrons entre'voir ton visage, ta façon de nous rejoindre et de te manifester. Aide-nous à être béné-voles,  exerce notre regard pour découvrir le bien à l'oeuvre, caché dans les plis de l'Histoire, pour le reconnaître et en rendre témoignage en ton nom. Pour cela, nous te prions et te rendons grâce, Seigneur !