Aujourd'hui, la parole

Attendre le... Tu
Saturday, 28 November 2020
I Dimanche de l'Avent ( Is 63 - 64 passim / Ps 79 / 1 Co 1, 3 - 9 / Mc 13, 33 - 37 )             Le prophète Isaïe qui deviendra une présence particulièrement  chérie dans notre vie tout au long de ce nouveau...

La Sainte Trinité

( Ex 34, 4b - 6 . 8 - 9 / Ps : Dn 3, 52 - 56 / 2 Co 13, 11 - 13 / Jn 16 - 18 )

 

          Un Dieu proche qui se fait toujours plus profondément proche : c'est cela que nous sommes invités à contempler en cette solennité et dont nous sommes appelés à devenir contagieux. Après une longue période de contemplation du mystère de Dieu se révélant dans le mystère pascal du Christ Seigneur, cette solennité semble être une sorte de résumé. Il ne s'agit pas d'abord ni avant tout d'un " résumé dogmatique ", mais d'un " résumé existentiel " qui nous permet de retrouver la ressemblance avec ce Dieu à l'image duquel nous avons été crées et pour la joie duquel nous avons été sauvés. Le souhait de bénédiction de Paul aux Chrétiens de Rome, devient un programme de vie  : " La grâce du Seigneur Jésus Christ, l'amour de Dieu et la communion du Saint Esprit soient avec vous tous " ( 2 Co 13, 13 ). Cette grâce et cet amour qui donnent la paix animent la vie de chacun et se reflètent dans la vie relationnelle entre tous : " Soyez dans la joie, cherchez la perfection, encouragez-vous, soyez d'accord entre vous, priez en paix, et le Dieu d'amour et de paix sera avec vous ". ( 13, 11 )

          Dans la première lecture, un autre passage de Dieu dans la vie de Moïse est évoqué où il révèle encore une fois à son serviteur sa réalité à travers la cantillation de certains attributs divins dont la réalité peut forger nos attachements humains : " Le Seigneur, le Seigneur Dieu miséricordieux et pieux, lent à la colère et riche en amour et fidélité " ( Ex 34, 6 ). En dialoguant de nuit avec Nicodème, le Seigneur Jésus confirme et radicalise les intuitions des patriarches et des prophètes : " Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils " ( Jn 3, 16 ). Nous pouvons dire que la préocupation infinie et éternelle du Très-Haut est celle de donner, de se donner, sans retenue dans une gratuité fondatrice de la possibilité même de la vie. Le face à face du Fils et du Père dans l'embrassement amoureux de l'Esprit n'a rien à voir avec une fusion nascissique et une satisfaction auto-référentielle. Un amour fusionnel n'est pas de l'amour, mais seulement une forme, sans doute un peu plus raffinée, de l'égoïsme. Deul un amour qui peut s'abandonner et se libérer crée  de l'espace à la vie qui se dilate.

          Si nos amours sont toujours un peu fusionnels et un peu égoïstes, l'amour de Dieu est l'abandon le plus absolu dans la liberté la plus totale car continuellement animé du désir effectif de mettre à la disposition de l'autre la dimension la plus profonde de son propre être. Par la vie de la Trinité, nous sommes appelés à apprendre à nous mettre à disposition de l'autre ce qui nous fait vivre pour que cela puisse engendrer vie, joie et paix. Le tout dans une atmosphère de silence reposant du don désintéressé, simple et tranquille. Ainsi la Trinité fera de l'espace à ce " quatrième " qui est le frère, qui est l'autre. En fait, c'est la relation entre nous  - frères et soeurs en humanité, car déjà fils et filles en divinité - qui révèle notre capacité prophétique : en nous aimant comme des frères, nous témoignons  en reconnaissant un seul Père qui nous a été révélé dans les paroles et les gestes du Seigneur Jésus et qui se traduira par la délicatesse de notre charité animée et forgée dans le feu de l'Esprit. En entrant et en demeurant dans ce dynamisme de la vie divine, nous ne pouvons que renoncer à tout désir de vengeance et de vexation et il ne nous reste plus q'à opter résolument pour la tendresse et la miséricorde.