Aujourd'hui, la parole

Affiner
Saturday, 19 September 2020
XXV Dimanche du T.O. ( Is 55, 6 - 9 / Ps 144 / Ph 1, 20 c - 27 a / Mt 20; 1 - 16 )           La question que le Maître de la parabole pose à ses ouvriers mécontents et récriminants résonne ainsi : " N'as-tu pas...

Ascension du Seigneur

( Ac 1, 1 - 11 / Ps 46 / Eph 1, 17 - 23 / Mt 28, 16 - 20 )

 

          Au début du second volume, l'évangéliste Luc commence son oeuvre en disant de Jésus : " C'est à eux qu'il s'est présenté vivant après sa Passion : il leur en a donné bien des preuves, puisque pendant quarante jours, il leur est apparu et leur a parlé du royaume de Dieu " ( Ac 1, 3 ).

          La nuée qui a caché Jésus aux yeux de ses disciples, n'est pas un rideau qui sépare, mais la porte ouverte sur une réalité, celle du règne de Dieu que nous attendons et désirons. La réalité de ce règne que nous espérons et vers lequel nous marchons ne s'accomplit pas par enchantement, mais à travers le drame de la liberté et de l'amour vécu jusqu'à la fin, sans même connaître aucune fin, si ce n'est celle d'une ouverture vers l'infini. La promesse solennelle du Seigneur Jésus qui conclut l'évangile selon Mathieu est pour nous le viatique le plus sûr, non seulement pour continuer à cheminer sur les routes du temps, mais c'est aussi la mémoire de ce qui est essentiel pour notre vie : " Et moi, je suis avec vous, tous les jours juqu'à la fin du monde " ( Mt 28, 20 ). Au même moment où le Seigneur Jésus se sépare de nous, il nous promet une présence encore plus profonde qui exige une distance capable de créer et d'agrémenter la vie. Son ascension vers le Père n'est pas un abandon, mais la façon la plus respectueuse et vraie de nous accompagner.

          L'Ascension est le moment où s'accomplit l'oeuvre de l'Incarnation et le moment où commence le temps de notre divinisation qui exige un profond travail d'humanisation. Les paroles adressées par l'ange à Marie au moment de l'annonciation : " Le Seigneur est avec toi " deviennent l'annonce pour chaque disciple envoyé à sa mission, non de se voir offrir le Règne de Dieu comme l'espéraient encore les apôtres, mais pour l'accompagner jour après jour avec " la force " ( Ac 1, 8 ) qui vient de l'Esprit Saint. Le don du Paraclet oeuvre à l'intérieur de nos vécus comme il a déjà accompagné la vie du Seigneur Jésus : la capacité de pouvoir s'étonner et s'adapter à la vie pour être vivants.L'Ascension est l'accomplissement de la vie du Seigneur Jésus et le couronnement de sa mission qu'il avait sans doute imaginée différente, mais à laquelle il est resté fidèle jusqu'à la fin.

          Maintenant, c'est notre temps, le temps de nous laisser animer par l'Esprit pour être " témoins" ( 1, 8 ) il devient possible de regarder le monde du point de vue de Dieu, sans pour cela avoir besoin d'un monde qui nous appartient totalement. Paul se rappelle que, en Jésus, nous pouvons connaître " l'accomplissement parfait de toute chose " ( Eph 1, 23 ) qui ne vient pas d'en-haut comme un don magnifique, mais grandit fastidieusement de la terre de notre fidélité au quotidien normalement fragile et parfois même ambigu. La certitude de la direction nous met en état de vivre chaque pas avec une légèreté sincère et sans aucune crainte. Quand la peur assaillira notre coeur, il suffira de lever le regard un peu au-delà de nous, et de nous souvenir de ce que les anges ont rappelé aux disciples en les renvoyant à la fidélité du cheminement quotidien de l'Histoire : " Ce Jésus qui a été enlevé au ciel d'auprès de vous, viendra de la même manière que vous l'avez vu s'en aller vers le ciel " ( Ac 1, 11 ).

          L' Ascension nous pose une question : " sommes-nous capables de créer une distance avec les personnes, avec la mission que nous pensons nous être confiée, avec nos projets et nos désirs ? " L'élévation est nécessaire pour ne pas posséder et apprendre à accompagner avec amour qui se fait respect. Notre désir doit devenir toujours plus léger et purifié du besoin de domination et de contrôle qui nous cloue sur terre en nous rendant si étrangers à notre terre intérieure et à celle que nous habitons avec nos frères et soeurs en humanité et avec toutes les créatures. Ouvrons les mains dans un geste de profonde et sereine attente, levons les yeux au ciel sans les détacher de la terre pour la voir et l'aimer du haut, d'un amour encore plus vrai.

          A toi, Seigneur, qui parcours avec nous la route et partages la fatigue des jours, à toi qui nous donnes ton règne ici et maintenant dans la fidélité concrète aux hommes et à l'Histoire, à toi, qui es le Vivant, présence qui jamais ne nous abandonne et qui nous guide toujours vers un pas plus loin , afin que le calcul et la crainte ne nous émoustille pas le coeur, à toi, notre Seigneur et notre Dieu, sois loué et glorifié pour toujours. Alleluia !