Aujourd'hui, la parole

Ton nom est Vivant, alleluia !
Saturday, 23 May 2020
Ascension du Seigneur ( Ac 1, 1 - 11 / Ps 46 / Eph 1, 17 - 23 / Mt 28, 16 - 20 )             Au début du second volume, l'évangéliste Luc commence son oeuvre en disant de Jésus : " C'est à eux qu'il s'est...

V Dimanche de Pâques

( Ac 6, 1 - 7 / Ps 32 / 1 P 2, 4 - 9 / Jn 14, 1 - 12 )

 

          Dans la première lecture, nous sommes mis  face à un moment de crise dans la vie de la communauté où, comme cela arrive souvent avec l'arrivée d'un plus grand nombre, cela correspond aussi à l'apparition de quelques problèmes supplémentaires : " ceux qui parlaient le grec murmuraient contre ceux qui parlaient la langue hébraïque, car les veuves de leur groupe étaient désavantagées dans leur service quotidien" ( Ac 6, 1 ). Cette annotation de Luc nous aide avant tout à comprendre et à nous rappeler que " en augmentant le nombre de disciples", il n'est pas dit que l'on appronfondisse et radicalise la propre fidélité à l'Evangile. En particulier en ce qui concerne la logique de l'attention envers tous et particulièrement vers les plus faibles et les plus pauvres dont les " veuves" sont un symbole assez éloquent et évocateur. Pourtant la réaction des apôtres peut être considérée délicieusement évangélique ! Au lieu de chercher les raisons et les torts, face à un problème qui touche les personnes les plus vulnérables, il semble que pour les apôtres, la chose la plus importante soit celle qui consiste à se laisser interpeler par ce qui arrive vraiment. Ceci est également valable quand l'on doit se confronter à des situations de mécontentement où se déversent les difficultés normales de compréhension entre personnes d'origine et de nature différentes. Ainsi, à la lumière de l'Evangile et sous l'inspiration de l'Esprit du Ressuscité, le désagrément est transformé en une occasion d'augmentation de sensibilité et nous rend capables de créer un espace complètement nouveau même au niveau de la structure d'organisation de la vie de la communauté. Cette ouverture crée un nouveau territoire relationnel qui va bien au-delà du groupe restreint des apôtres : " Cherchez parmi vous sept hommes qui soient estimés de tous et remplis d'Esprit Saint et de sagesse et nous les établirons dans cette charge " ( Ac 6, 4 ).

          Dans la vie de l'Eglise, nous voyons que l'on continue à vivre dans la lumière de l'enseignement et de l'exemple du Ressuscité. En effet, le Seigneur Jésus se montre capable de transformer un moment de difficulté et de douloureuse séparation, comme peut l'être sa mort, en une occasion pour consolider et approfondir ultérieurement les liens malgré la distance " Je vais vous préparer une place, je viendrai de nouveau et je vous prendrai avec moi" ( Jn 14, 3 ). Le Seigneur Jésus lit et interprète sa mort imminente  dans la logique de Pâques et de l'exode et pour cela ce nouveau Moïse précède le peuple des sauvés à travers les eaux qui conduisaient à la terre de la liberté et de la liberalité. Le voyage de Jésus à travers la mort est un retour à la maison qui fait résonner pour tous l'invitation de retourner à la maison. Dans la vie de Dieu, voici le magnifique message du Seigneur Jésus : il y a de l'espace, il y a de la place dans la mesure où nous acceptons de prendre notre place dans la même intimité qui unit le Père au Fils. Peut-on imaginer quelque chose de plus spacieux et aimable qu'un petit coin de divinité ? Le Seigneur nous rassure : " Croyez en moi : je suis dans le Père et le Père est en moi " ( 14, 14 ). Cette divine intimité, au lieu de nous renfermer en nous-mêmes, ne fait que nous créer un espace toujours plus ample d'accueil et de participation où chacun de nous est invité. Ce que le Seigneur Jésus nous transmet et nous révèle est l'image d'un Dieu si spacieux qu'Il est capable de créer de l'espace. Cela suppose pour nous, non seulement d'entrer dans l'espace de Dieu, mais de faire de notre vie-même un espace pour Dieu qui soit un réceptacle pour les autres, un espace de Dieu où l'on se sent accueilli et extrêmement à l'aise.

          Seigneur, Toi qui es tout à la fois mère et père, nous avons grand besoin de nous sentir accueillis par Toi, dans ce divin espace où nous sommes consolés, nourris, renforcés pour nous mouvoir avec une énergie nouvelle à la rencontre de l'autre qui nous interpelle. Aide-nous à faire de notre vie un espace solidaire où nous aimons - car nous sommes tous aimés - où nous sommes à l'abri - car nous sommes protégés - et nous te laissons l'espace de notre coeur. A Toi qui vit en nos frères, alleluia !