Aujourd'hui, la parole

Affiner
Saturday, 19 September 2020
XXV Dimanche du T.O. ( Is 55, 6 - 9 / Ps 144 / Ph 1, 20 c - 27 a / Mt 20; 1 - 16 )           La question que le Maître de la parabole pose à ses ouvriers mécontents et récriminants résonne ainsi : " N'as-tu pas...

IV Dimanche de Pâques

( Ac 2, 14a. 36 - 41 / Ps 22 / 1 P 2, 20b - 25 / Jn 10, 1 - 10 )

 

          Les paroles du Seigneur Jésus sont claires, simples, directes : " En vérité, en vérité, je vous le dis : celui qui entre dans l'enclos des brebis sans passer par la porte, mais qui escalade par un autre endroit, celui-là est un voleur et un bandit ! " ( Jn 10, 1 ). Autrement dit, le critère de discernement qui nous est offert par le Seigneur Jésus pour distinguer le berger du brigant - et le vrai berger du " voleur " ( 10, 10 ) est la rectitude qui se révèle à travers la simple façon de se comporter avec les brebis, sans réactions et complications inutiles, attitudes qui font perdre temps et énergie. L'on parle aussi de - celui qui est proche  - le " gardien " - ( 10, 3 ). Nous ne sommes jamais seuls, et chacun de nos gestes - s'il est authentique et non affecté par une duplicité du coeur - peut et doit être accompli à la lumière du soleil et au vu et su des autres qui partagent notre chemin et prennent part, à leur façon, à notre engagement et à notre bien-être.

          Quant aux brebis ,elles ont besoin de sentir l'odeur du berger et de discerner clairement sa voix jusqu'à reconnaître les gestes par lesquels il les pousse au dehors pour les faire paître. Le Seigneur insiste et espère presque que cela puisse être vrai " elles ne suivraient pas un étranger et s'enfuiraient loin de lui, car elles ne connaissent pas la voix des étrangers " ( 10, 5 ). La " voix des étrangers " c'est cela qui nous éloigne de l'essentielle simplicité de notre relation avec le Seigneur. Il y a des voix dans notre coeur qui nous promettent tant de choses et nous illusionnent jusqu'à nous séduire. Pour cela, le Seigneur Jésus ne nous laisse pas dans l'ignorance : " le voleur ne vient que pour voler, tuer et détruire : moi, je suis venu pour que les brebis aient la vie et la vie en abondance" ( 10, 10 ). Ceci est le critère pour discerner le visage du berger et bien le distinguer des gestes du voleur qui nous dépouille de nous-mêmes, mais c'est aussi le critère pour discerner dans quelle mesure et jusqu'à quel point, nous sommes ses brebis" ( 10, 3 ).

          Pour réaliser ultérieurement cette démarche qui nous concerne directement, la parole de Pierre nous vient en aide. Dans la seconde lecture, nous sommes armés pour pouvoir porter à son terme notre discernement : " si vous supportez la souffrance pour avoir fait le bien" ( 1 P 2, 20 ). Il ne s'agit pas d'une invitation masochiste, mais d'un rappel à la nécessité ô combien nécessaire, pour évaluer ce qui nous est cher et ce en quoi nous croyons vraiment à partir de la disponibilité à se donner en personne. De notre coeur aussi surgit spontanément la question qui résonne de la foule, au matin de Pentecôte, devant le Cénacle : " Frères, que devons-nous faire ?" ( Ac 2, 37 ) Parmi les nombreuses réponses possibles à cette question, nous pouvons priviligier aujourd'hui, sur notre chemin de conversion, un choix de simplicité qui imite le bon Berger : " être capables d'aller directement vers l'essentiel qui s'exprime par la capacité et la volonté de prendre soin de la vie, sans trop se préocuper de soi. La " porte" ( Jn 10, 7 ) par laquelle nous devons passer pour entrer dans la bergerie et pour sortir vers " les eaux limpides " ( Ps 22, 2 ) du salut, est la croix du Christ, qui nous aide à discerner ce qui en nous est conforme à l'Evangile et ce qui, au contraire, ne l'est pas, pour ainsi ne pas céder à d'inutiles complications compliquées.

          Donne-nous, Seigneur, un coeur simple, libre des inutiles évolutions de notre ' moi'. Fais que nous agissions directement, attentifs à l'essentiel et fidèles au devoir pour lequel tu nous as appelés. Donne-nous, Toi, Seigneur, la mesure pour aimer avec générosité, pour marcher à la rencontre de l'autre, avec simplicité, liberté et dans la vérité. Alléluia !