Aujourd'hui, la parole

Affiner
Saturday, 19 September 2020
XXV Dimanche du T.O. ( Is 55, 6 - 9 / Ps 144 / Ph 1, 20 c - 27 a / Mt 20; 1 - 16 )           La question que le Maître de la parabole pose à ses ouvriers mécontents et récriminants résonne ainsi : " N'as-tu pas...

III Dimanche de Pâques

( Ac 2, 14, 22-33 / Ps 19 / 1 P 1, 17-21 / Lc 24, 13 - 35 )

 

          L'apôtre Pierre nous aide à regarder et à considérer notre vie sur terre et dans le temps, comme un véritable pélerinage personnel. La vie est l'occasion de vivre un continuel et toujours plus profond processus de conversion intérieure : " comportez-vous donc dans la crainte de Dieu, pendant le temps où vous résidez ici-bas en étrangers " ( 1 P 1, 17 ). C'est le même apôtre qui, dans la force de l'influence des prémices de l'Esprit, nous aide aussi à nous rendre compte avec plus de clarté de l'aboutissement de notre chemin qui n'est pas une longue avancée vers rien, mais une approche graduelle vers une plénitude: " Tu m'as appris les chemins de la vie, tu me rempliras d'allégresse par ta présence " ( Ac 2, 28 ). Les deux disciples qui semblent fuir Jérusalem pour regagner la tranquilité et l'anonymat rassurant de leur village, font l'expérience d'une présence capable de remettre en mouvement l'espérance et redonner vigueur et sens à leur chemin.

          L'évangéliste Luc tient, plus que d'autres évangélistes, notre âme en haleine. En effet, les femmes s'enfuient du sépulcre, mais sans avoir rencontré le Ressuscité. Avant de rencontrer personnellement le Seigneur Vivant, il est nécessaire d'avoir un temps de relecture et de réouverture de son propre coeur pour les les mêmes événements, ceux qui nous on fait expérimenter une terrible désillusion, afin de les voir de façon complètement différente, a savoir : purifiés et notre attente illusoire et ouverts à une manière plus profonde de lire les choses. Le Ressuscité ne s'impose pas par une présence glorieuse et écrasante, mais il se présente au contraire d'une façon encore plus discrète que nos propres vêtements : il se fait voyageur avec des voyageurs, pélerin avec des pélerins, ignorant des événements avec ceux qui les ont subis sans vraiment les comprendre : " Tu es bien le seul étranger à Jérusalem ! " ( Lc 24, 18 )

          La remarque, presque de réprobation des disciples, est en réalité une déclaration inconsciente de l'état de leur coeur incapable, non seulement de reconnaître, en ce voyageur leur regretté Maître, mais incapable aussi de relire les événements à partir d'une expérience plus profonde. C'est alors que le Seigneur commence une longue catéchèse qui, à partir des Ecritures, aide les disciples à lire les événements non seulement à partir des évidences, mais en repartant du sens d'une mort qui, en réalité, n'a pas été un échec, mais un couronnement. La résurrection du Seigneur n'est pas la négation de la mort, mais plutôt son passage royal et libre. Pour cela, le Ressuscité se montre avec les signes de la Passion qui l'on vraiment marqué profondément, et, ainsi, il révèle aussi à ses disciples comment ne pas fuir l'épreuve, mais se montrer capable d'être rendu plus fort par et dans l'épreuve même. Le gémissement des disciples est souvent aussi le nôtre : " Nous espérions qu'il était celui qui aurait libéré Israël " ( 24, 21 ). En réalité, ce qui alors semble fonder nos espérances, n'est pas capable de réchauffer notre coeur. Notre coeur retrouve ses palpitations vitales, non pas dans le succès de la réussite, mais dans une relation où, même les réalités les plus dures révèlent un sens qui nous emmène un peu " plus loin " ( 24, 28 ).

          La lecture des évangiles de la résurrection est toujours l'occasion de faire le point sur notre espérance. Le Seigneur Jésus s'approche des deux disciples d'Emmaüs et les laisse poursuivre pour ensuite réorienter leur lecture des événements. Il est nécessaire d'assumer la " mort " d'une série d'illusions.....mais sommes-nous prêts à accueillir les défis de nouvelles perpectives imprévues ?

Toi, Seigneur, que vois-tu dans un échec, une douleur, une erreur, un voyage déçu sans réussir à te voir ? Enseigne-nous à regarder la réalité avec tes yeux, Seigneur, à voir ce que tu vois : la lumière et la résurrection à l'intérieur de chaque mort et derrière chaque arrêt et chaque fatigue, une force nouvelle et un élan pour reprendre la route. Reste avec nous, Seigneur et illumine notre coeur et notre esprit ,alléluia !