Aujourd'hui, la parole

Habiter
Saturday, 25 January 2020
III Dimanche du T.O. ( Is 8, 23b - 9, 3 / Ps 26 / 1 Cor 1, 10-13.17 / Mt 4,12-23 )              Il ne s'est pas passé beaucoup de temps depuis la célébration du mystère de Noël et nous portons encore dans le coeur...

IV Dimanche de l'Avent

  ( Is 7, 10 - 14 / Ps 23 / Rm 1, 1 - 7 / Mt 1, 18 - 24 )

 

             La parole de l'apôtre nous donne les outils pour préparer notre coeur à la célébration de Noël, pas seulement pour vivre une festivité avec les autres, mais pour que ce soit aussi l'occasion de solidifier notre adhésion au mystère du Christ, en nous en imprégnant profondément : " Paul, serviteur du Christ Jésus, appelé à être apôtre, choisi pour annoncer l'évangile de Dieu" ( Rm 1, 1 ). Le début de la lettre aux Romains semble conclure notre itinéraire de l'Avent en nous ouvrant ainsi à l'accueil du Christ " né, selon la chair, de la descendance de David, et établi Fils de Dieu selon l'Esprit de sainteté." ( 1, 3 - 4 ). Dans ce processus de l'Incarnation du Verbe dans notre réalité appelée à être illuminée profondément et radicalement par le mystère de Dieu, nous pouvons méditer sur Joseph, présenté dans les Ecritures comme un " homme juste" ( Mt 1, 19 ) appelé à être le garant de l'humanisation du Verbe et gardien du noyau incandescent de l'Evangile se révélant dans la chair du Verbe qui se reflète dans le choix de son père qui " prit avec lui" ( Mt 1, 2 - 4 ).

          Le geste de Joseph - car nous ne connaissons aucune de ses paroles - qui le rend père du Fils de Dieu, représente la quintessence de l'évangile et pour nous, le lieu par excellence de vérifier notre façon d'être disciples du Christ formés  à l'écoute de son Evangile fait chair et qui demande de faire un avec notre vie. Le prophète Isaïe semble être l'interprète de ce que nous pourrions presque décrire comme une divine protestation : " C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe" ( Is 7, 14 ). Ce " signe " est une capacité d'être ensemble et de partager ce qui devient le nom même du Fils de Dieu " elle l'appellera Emmanuel" ( Is 7, 14 ). Le moine Ebredo en fait le commentaire suivant : " Oui, Dieu est avec nous ! Jusqu'à présent il était " Dieu au-dessus de nous", " Dieu face à nous", mais, aujourd'hui, il est " Emmanuel ". Aujourd'hui, Dieu est avec nous, par son salut, par sa grâce ; avec nous, dans notre faiblesse, avec nous par sa bonté ; avec nous dans notre misère, avec nous par sa miséricorde ; avec nous par amour, avec nous par liens de parenté, avec nous par tendresse, avec nous par compassion "1.   

          Joseph est doublement " dé - possédé " : de la femme aimée et du fils qui n'est pas le sien ! Et, pourtant, sa réaction est respect absolu de la liberté et même de la transgression de l'autre - dans ce cas de Marie - acceptant de se retirer de la vie de l'autre pour ne pas être obstacle à sa vie. Dans cette attitude de Joseph qui le rend homme juste au moment juste, se reflète l'attitude même du Père de tous face à chacun.

          L' Evangile est cette liberté de soi qui nous rend capables d'accompagner et de dilater la liberté des autres. Il fallait un homme libre comme initiateur à la vie du Sauveur de tous pour nous restituer la liberté d'être nous-mêmes devant Dieu et entre nous. L'Evangile est liberté !

 

1. ELREDO de RIELVAUX, discours sur l'Annonciation