Aujourd'hui, la parole

Innocence retrouvée
Saturday, 07 December 2019
Immaculée Conception ( Gn 3, 9 - 15. 20 / Ps 97 / Eph 1, 3 - 6. 11 - 12 / Lc 1, 26 - 38 )             La première lecture nous entraîne loin, mais en réalité, elle ne fait rien d'autre que de nous guider à lire la...

XXXIII DIMANCHE T.O.

( Ml   3, 19 - 20 / Ps 97 / 2 Th 3, 7 - 12 / Lc 21, 5, 19 )

 

          Les paroles avec lesquelles le Seigneur nous accompagne vers la fin de cette année liturgique peuvent étonner, mais en réalité elles ne surprennent pas vraiment. En effet, ce dont parle le Seigneur n'est rien de nouveau, les choses qu'il présente à ses auditeurs sont des réalités terriblement ordinaires dans la vie de notre humanité, soit au niveau extérieur et catastrophique, comme peuvent l'être des tremblements de terre, soit en ce qui concerne les tragédies relationnelles qui se vivent au sein de nos relations les plus chères. De cette façon, le Seigneur nous demande de ne pas nous laisser distraire par les événements qui semblent extraordinaires afin de rester attentifs, vigilants et profondément concentrés sur le point central de notre intériorité et comprendre quelle est notre place et ne pas la quitter - sous aucun prétexte - jusqu'à la fin. La consigne ne laisse aucun doute : " par votre espérance, vous sauverez votre vie " ( Lc 21, 19 ). En effet, le règne de Dieu se réalise et s'accomplit non pas dans les interruptions ou pire dans la fuite de notre vécu, mais " au milieu" de tout ce qui fait notre vie et celle de nos frères et soeurs en humanité.

          L'apôtre Paul, non seulement modère les grandes attentes eschatologiques des Chrétiens de Tessalonique, mais, il les exhorte à ne pas transformer le désir et l'attente du retour du Seigneur en un prétexte pour ne pas vivre de fond en comble les propres responsabilités historiques, existentielles et solidaires. Dans ce cas aussi, la consigne est claire : " nous ordonnons qu'ils travaillent dans le calme pour manger le pain qu'ils auront gagné" ( 2 Th 13, 12 ). S'il est vrai que nous attendons avec un grand désir l'accomplissement des promesses et l'avènement du Règne, il est tout aussi vrai qu'en Jésus Christ, le régime où l'on peut et doit tout donner est celui de l'incarnation et du travail dans l'Histoire. Ceci permet de gagner l'horizon eschatologique, en terme de liberté et de vérité, et non en terme d'extériorité et de superficialité ou, pire encore, en cédant aux dérives de la sublimation.

          L'Histoire n'est pas une réalité que nous devons subir en attente qu'elle passe et pour ainsi dire qu'elle nous délivre ainsi de l'important devoir de la traverser et de la transformer. Le défi n'est pas de commencer le compte à rebours à partir de la fin de l'Histoire, comme si c'était le premier jour et comme si c'était aussi le dernier......ou l'unique. C'est au coeur de nos vies que se croisent magnifiquement le monde présent et celui que nous attendons dans la foi, dans l'espérance et dans l'amour. C'est vraiment en faisant l'expérience des plus grands désirs que nous portons à l'intérieur, avec la nécessaire confrontation aux limites, aux échecs et à l'éphémère, que le Règne de Dieu se construit au-delà de nous, mais, jamais, sans nous. Chaque situation peut et doit devenir ainsi une " occasion" pour " témoigner" ( Lc 21, 13 ). Le prophète Malachie nous rappelle, avec des images fortes, combien " tous ceux qui commettent l'injustice seront comme de la paille" et que " le jour venu, ils seront brûlés" ( Mt 13, 19 ). Il s'agit de ne pas nous laisser " berner" ( Lc 21, 8 ), tout d'abord par nous-mêmes, et ensuite par la paille de nos désirs éphémères et de nos puissants égoïsmes dont " ils ne restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit" ( 21, 6 ).

Seigneur, imprime dans notre coeur la fleur parfumée et épineuse de la persévérance ! Soutiens-nous pour que la souffrance ne nous abatte pas et que l'épreuve ne nous plie pas. Fais que nous sachions la traverser en nous maintenant solides et fidèles en mêlant notre fil coloré dans la grande tapisserie de ton Amour, conscients de nos limites et amoureux de ta divine créativité.