Aujourd'hui, la parole

Au milieu
Saturday, 16 November 2019
XXXIII DIMANCHE T.O. ( Ml   3, 19 - 20 / Ps 97 / 2 Th 3, 7 - 12 / Lc 21, 5, 19 )             Les paroles avec lesquelles le Seigneur nous accompagne vers la fin de cette année liturgique peuvent étonner, mais en...

XXVIII Dimanche du T.O.

( 2 R 5, 14 - 17 / Ps 97 / 2 Tm 2, 8 - 13 / Lc 17, 11 - 18 )

 

          Le Seigneur Jésus ne fait aucun geste éclatant face à ces lépreux qui, ensemble, lui demandent d'être guéris. Non seulement aucun geste " mirobolant", mais pas même l'usage d'une parole puissante qui puisse impressionner. Il y a simplement le renvoi à la normalité prévu par la Torah : " a peine, il les vit, Jésus leur dit : " Allez vous présenter aux prêtres" ( Lc 17, 14 ). Naaman se lamente de la grande simplicité du commandement du prophète Elysée, mais, après un si long voyage " il descendit et s'immergea sept fois dans le Jourdain" ( 2 R 5, 14 ). Les lépreux qui vont à la rencontre du Seigneur, l' invoquant avec urgence, pourraient se plaindre encore d'avantage. En réalité, la guérison de Naaman et des dix lépreux arrive non à cause de la puissance d'un geste ou par l'incantation d'une parole, mais bien par la capacité d'assumer comme faisant partie de la vie, la propre fragilité et la propre vulnérabilité. L'évangiste Luc souligne que les lépreux " furent purifiés en cours de route". Ainsi, comme Naaman, qui retrouve " le corps d'un petit enfant" juste au moment où il accepte de s'immerger dans le Jourdain, comme un enfant qui se met à jouer avec l'eau.

           Les attentes de Naaman par rapport à Elysée et celles des lépreux qui " dirent à voix haute : " Jésus, Maître, prends pitié de nous ! " ( Lc 17, 13 ) doivent être radicalement purifiées pour pouvoir ouvrir la voie à une guérison qui soit capable de toucher et transformer toute la personne. Le premier pas de cette purification est de ne pas céder à la rapidité et de ne pas se laisser prendre par une urgence excessive : chaque thérapie n'a pas uniquement besoin de médicaments, mais aussi du temps nécessaire pour qu'ils puissent agir. Tous les dix lépreux se montrent capables d'obéir à la parole du Seigneur Jésus, mais un seul revient en arrière pour le remercier. Pour les neuf autres, en réalité, la guérison est arrivée sans que la perception de Dieu en soit changée, à tel point qu'il retiendront que tout est arrivé comme prévu par la Loi, en oubliant la relation entreprise par le Seigneur Jésus. Seul le samaritain se montre sensible à la possibilité de vivre la guérison comme une possibilité d'entrer dans une relation qui soit moins " à distance" ( 17, 12 ). Pour autant, ce n'est qu'à cette distance rapprochée qu'il sera possible d'expérimenter, combien et comment " la Parole de Dieu n'est pas enchaînée" ( 2 Tm2, 9 ) et, pour cela, capable de libérer pleinement.

          C'est seulement après ce chemin de retour que la parole peut résonner de toute sa force et plénitude : " Lève-toi et va, ta foi t'a sauvé ! " ( Lc 17, 19 ). L'on pourrait dire qu'à la fin, se révèle le fait qu'un seul de ces lépreux désirait rencontrer un sauveur, alors que les neuf autres se contentaient d'espérimenter un " sauvetage". Si le sauvetage intervient toujours dans une situation d'urgence, le salut a besoin de temps de réalisation qui sont les temps propres à une relation qui mûrit. En ce sens, le lépreux samaritain est fait de la même pâte que la samaritaine qui retournera au village sans son amphore, facilitant la rencontre de tous avec " le sauveur du monde " ( Jn 4, 42 ). C'est justement parce qu'il est samaritain que ce lépreux comprend plus profondément que les autres  combien la dose d'absolue gratuité et bienveillance n'est pas un droit venant des lois du temple, mais elle est le signe d'un amour plénier d'une extrême compassion qui change le coeur : " il se jeta face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce" ( Lc 17, 16 ). Pour les autres, il était suffisant de se prosterner dans ce temple où, en réalité, le samaritain ne pouvait pas entrer. L'expérience de la guérison confirme les neuf lépreux dans leur attitude religieuse, alors que pour le samaritain, elle ouvre la voie de l'adhésion personnelle.....la porte de la foi.

Seigneur, nous te demandons de tailler et de purifier notre foi de la rapidité et de la superficialité. Les urgences trompeuses du coeur nous rendent aveugles et sourds face à ton amour qui renouvelle, assainit et fait danser et chanter pour nous la Parole du salut. Rends-nous capables de temps d'attente et d'étonnement toujours nouveau pour garder et faire grandir le témoignage joyeux de la rencontre avec Toi.