Aujourd'hui, la parole

En premier
Saturday, 14 September 2019
XXIV Dimanche du T.O. ( Ex 32 passim / Ps 50 / 1 Rm 1, 12 - 17 / Lc 15, 1 - 32 )             Un poème de Charles Peguy parcourt les paraboles de Luc que la Liturgie de ce dimanche nous fait ré-écouter, avec une...

XXIII Dimanche du T.O.

( Sag 9, 13 - 18 / Ps 89 / Ph 9 - 17 / Lc 14, 25 - 33 )

 

          L'invitation à la sagesse avec laquelle le Seigneur accompagne le chemin des disciples est d'une importance notable pour notre vie. Les paroles de Jésus ne sont pas exemptes d'une certaine ambiguïté et elles auraient bien pu sortir de la bouche de l'un de ces gourou qui abuse de la bonne volonté de ses adeptes pour les sousmettre intérieurement à son arbitrage : " Si quelqu'un vient à moi, sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et soeurs, et même sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple" ( Lc 14, 26 ). Ces paroles qui pourraient être très utiles pour étancher une quelconque soif, sont prononcées dans un contexte particulier : " Une foule nombreuse faisait route avec Jésus..." ( Lc 14, 25 ). Il ne faut pas oublier que c'est justement face à l'enthousiasme soulevé par et pour lui, que Jésus clarifie les conditions pour le suivre : non pas, bien sûr, pour repousser l'envie de le suivre, mais plutôt pour aider à mieux comprendre quelles sont les exigences du cheminement même sans céder à de dangeureux enthousiasmes.

          Les deux paraboles résonnent comme une invitation à calculer et à bien ponderer sa propre générosité pour ne pas tomber dans le ridicule. Il s'agit de voir s'ils ont les " moyens" ( 14, 28 ) mais surtout - et plus profondément encore - s'ils ont les bonnes attitudes. L'apôtre Paul caractérise les attitudes nécessaires pour suivre le Christ à partir d'une question - assez pratique - qui se pose entre Philémon et Onésime, jusqu'à la transformer en une nouvelle parabole qui relie la vie à la lumière de l'Evangile : " pour que tu accomplisses ce qui est bien, non par contrainte, mais volontiers" ( Phi 14 ). Le Livre de la Sagesse est encore plus clair : " Quel homme peut découvrir les intentions de Dieu ?" ( Sag 9, 1 ). En cela, la Parole de Dieu semble nous acquitter d'une préoccupation excessive à vouloir définir avec une clarté ridicule, quelle est la volonté du Seigneur pour et sur notre vie.

          Le Seigneur Jésus met lui-même en garde contre les ambiguïtés ceux qui le suivent en si grand nombre.De cette façon, le Maître aide chacun à peser même nos bonnes intentions en les confrontant sérieusement et honnêtement aux " exigences évangéliques". Ces exigences sont présentées de façon forte, non pour pousser le disciple à couper radicalement toutes les relations - si nécessaires - de sa vie, mais pour discerner la vérité et l'intention de son désir. A bien y regarder, ce ne sont pas les autres qui sont remis en question - " son père, la mère....." - mais nos propres attachements. Ceux-ci nous révèlent les peurs ancestrales les plus profondes qui nous poussent - souvent à notre insu - à projeter dans notre vie de disciples, nos esclavages les plus insoumis.

          Être disciples du Seigneur signifie accepter et embrasser, chaque jour, un chemin de libération qui exige un choix décisif de liberté, laquelle ne permet jamais de retomber dans une quelconque forme d'esclavage et encores moins dans les méandres, apparemment spirituelles qui sont encore plus dangeureuses car plus sournoises. A la lumière de tout cela, être disciple signifie accueillir et porter la croix de sa propre vie comme un point d'interrogation jamais définitivement surmonté, un point qui reste toujours à traverser et par qui nous devons nous laisser profondément remettre en question. En plus, il ne faut jamais oublier : " Quel homme peut découvrir les intentions de Dieu ? Qui peut comprendre les volontés du Seigneur ? " ( Sag 9, 13 )

Seigneur, notre Père, le coeur s'interroge et gémit. Où nous conduis-tu ? Quel sens a notre chemin, entre élans, hésitations et haltes ? Seigneur, nous ne comprenons pas, mais nous croyons de toute notre force à ton amour pour nous, à la valeur de chaque pas accompli à ta suite, au rappel inéluctable de cette liberté intérieure à laquelle tu nous appelles à travers les lumières et les ombres de notre vie. Seigneur, rends notre foi solide!