Aujourd'hui, la parole

Mouvement
Saturday, 08 August 2020
   XIX Dimanche du T.O. ( 1 R 19, 9- 13 / Ps 84 / Rm 9, 1 - 5 / Mt 14, 22 - 33 )             Les lectures de ce dimanche nous donnent un peu le mal de mer ou, pour certains, le mal des montagnes....ou le mal des...

XXI DIMANCHE T.O.

( Is 66, 18 - 21 / Ps 116 / He 12, 5 - 7. 11 - 13 / Lc 13, 22 - 30 )

 

         L'on pourrait reformuler la question que cet homme - de passage - pose au Seigneur Jésus, en la transformant en une question d'école. C'est comme si un étudiant demandait : " Qui peut passer cet examen ?" Normalement, ce genre de question est une tentative pour exorciser la peur de ne pas être capable de le réussir ! En continant à imaginer, l'on pourrait émettre l'hypothèse suivante : " Mais tout le monde le réussira avec ce professeur ! " Si la peur, face à cette réponse, pourrait certes diminuer tout en rabaissant aussi l'estime de soi, l'on penserait du moins, avoir réussi sans trop de difficulté un examen, que tout le monde passe. Mais, il ne suffit pas de passer l'examen ! Si l'examen n'est pas une véritable épreuve, la vie risque par la suite d'être râtée. Si, au contraire, l'exament est une initiation, une " porte" pour la vie professionnelle, alors, tout sera différent et l'on pourra être fier, non seulement de l'avoir passé, mais surtout de l'avoir enduré. Le Seigneur Jésus n'est pas le moins du monde intéressé par une comptabilité escatologique !

         Ce qui tient à coeur à notre Maître et Seigneur est de nous révéler comment entrer et rester dans la logique du Règne. La référence à la " porte étroite" ( Lc 13, 24 ) n'est pas là pour nous décourager, mais bien pour nous rappeler que le Règne, même s'il est don de Dieu offert et.....offert à tous, n'en exige pas moins une conquête de chacun, non pas à coups d'assauts et de brèches, mais avec la force du désir et de la passion, par des attachements intérieurs qui demandent une bonne dose de travail et d'investissement personnel. En somme, le Règne de Dieu n'est pas une question de privilèges, encore moins de fortune, mais c'est - plutôt - une réalité qu'il nous appratient de posséder profondément et intérieurement. La Lettre aux Hébreux n'hésite pas à dissiper toute équivoque : " Mon fils, ne néglige pas la correction du Seigneur et ne te décourage pas" ( Hé 12, 5 ).

         L'on insistait, autrefois, sur le " peu" qui serait sauvé, aujourd'hui, par contre, l'on insiste encore plus sur le fait que nous sommes tous sauvés ! Dans l'un ou l'autre cas, l'intention est pédagogique : animer et soutenir le désir d'entrer et de jouir ensemble de la vie du Règne de Dieu. Le Règne de Dieu est offert à tous, comme maison spacieuse et accueillante et ce serait vraiment un péché de la laisser vide par manque d'intérêt et de désir de prendre part au banque du Règne, de la part de beaucoup....et peut-être de tous ! La première lecture nous rappelle que le désir de l'un se fait invitation pour chacun : "Et de toutes les nations ils ramenèrent tous vos frères, en offrande au Seigneur, sur des chevaux, et des chariots, en litière, à dos de mulets et de dromadaires, jusqu'à ma montagne sainte de Jérusalem" ( Is 66, 20 ). La seconde lecture nous rappelle que rien de précieux , ni de valide, ne peut être obtenu sans exercice, sans passion et sans correction. C'est comme si quelqu'un payait des leçons privées de latin, de piano ou de basket en demandant à l'enseignant ou à l'entraîneur de ne pas corriger ses défauts, mais seulement de le....flatter ! Nous sommes sans doute un peu comme ça avec le Règne de Dieu, et c'est pour cela que nous nous sentons alors en-dehors de ses clôtures. La cause en est que nous ne sommes pas entrés dans sa logique. Le premier pas est alors de réduire notre vanité à vouloir être meilleurs que les autres. La prière comporte cette cardiothérapie qui dilate en nous la disponibilité de ne pas avoir besoin d'exclure quiconque pour se sentir un peu exclusifs !

          Il passera forcément par cette porte étroite celui qui pose à terre son sac encombrant, celui qui se libère de ses défenses inutiles et se montre tel qu'il est, comme nous le sommes tous dans la vérité de notre être : avides de tout, limités, nus. Et Toi, Seigneur Jésus, qui est la porte et la voie, le chemin et le passage, fais jaillir de notre coeur cette joie des pauvres, des consolés, protégés et en sécurité dans l'embrassement de ton amour divin.