Aujourd'hui, la parole

Quelle Paix?
Saturday, 17 August 2019
XX Dimanche du T.O. ( Jr 38, 4 - 6. 8 - 10 / Ps 39 / He 12, 1 - 4 / Lc 12, 49 - 57 )             La lettre aux Hébreux nous invite à vivre " le regard fixé sur Jésus" qui est à l'origine et au terme de la foi" ( Hé...

 XVI Dimanche du T.O.

( Gn 18, 1 - 10 /Ps 14 / Col 1, 24 - 28 / Lc 10, 38 - 42 )

 

          La question que nous pose le psalmiste : " Seigneur, qui habitera....? " ( Ps 14, 1 ) illumine la lecture de l'évangile de ce jour. Ce texte n'est pas lu de façon isolée, mais il est indissociablement lié au texte que nous avons lu et médité dimanche dernier. Le Seigneur Jésus qui se présente comme le bon samaritain, capable de se pencher sur les blessures de cet homme qui " descendait de Jérusalem à Jéricho" ( Lc 10, 30 ) et le conduit à l'auberge afin qu'il puisse y être soigné jusqu'à se rétablir , se fait aujourd'hui inviter dans la maison de Marthe et Marie. Le Seigneur Jésus est l'invité, mais c'est nous , en réalité, qui avons besoin de sa visite, bien plus qu'il n'a besoin de notre accueil. Pour interpréter le texte de l'Evangile, la coutumière sagesse de la Liturgie nous met dans la bonne direction, en nous redonnant la possibilité de lire l'un des plus beaux textes des Ecritures hébraïques : l'accueil d'Abraham à la visite des mystérieux voyageurs. L' attitude la plus forte et la plus significative que nous trouvons en lui est sa promptitude qui, bien avant d'être rapidité du service - et de la demande à sa femme Sarah et à son serviteur de servir - est une attente vigilante " à l'entrée de la tente" même à l'heure la plus chaude du jour" ( Gn 18, 1 ).

          La chose la plus importante n'est pas notre accueil et notre façon d'accueillir, mais bien le fait que Dieu nous visite et la façon dont il le fait. Avec son habituel raffinement littéraire, l'évangéliste Luc fait suivre l'accueil dans le " village ( Lc 10, 38 ) de Béthanie après la parabole du samaritain compatissant. Ce qui revient à dire que seule l'expérience d'une totale compassion peut nous rendre hospitaliers envers les autres. Non seulement la présence de Marie et sa façon de s'asseoir " aux pieds du Seigneur" pour écouter " sa parole" ( 10, 39 ) nous rappelle que, pour autant que nous puissions accueillir Jésus dans notre vie en cherchant à répondre à ses souhaits et besoins, c'est toujours Lui qui nous donne les choses les plus importantes et il nous les donne en plénitude. De cette façon, l'attitude du bon samaritain que nous retrouvons en Marthe, est complétée par Marie qui nous donne ainsi une espèce de plan de la vie intérieure du disciple dont le désir est celui de pouvoir vivre, personnellement, ce qui vient d'être évoqué par l'apôtre Paul : " Christ en vous, espérance de la gloire" ( Col 1, 27 ).

          Le geste si délicat de l'accueil d'Abraham et de Marthe complété par l'attachement plus qu'accueillant de Marie, ouvre un diptyque, un espace de paix, où le coeur de tous - y compris celui du Très-Haut - se reflète afin que tous puissent reprendre sereinement le chemin de l'histoire : une histoire appelée à héberger le coeur même de Dieu qui nous accueille en se laissant accueillir. Cette manière nous révèle, non seulement " le mystère caché depuis des siècles et des générations" ( Col 1, 26 ), mais aussi que ce mystère devient le modèle même de notre vie dans une liberté et une charité croissantes, mais toujours plus profondes et sereines. La parole du Seigneur Jésus nous aide à ne pas oublier que liberté et charité ne peuvent être que l'expression la plus pure de chaque personnalité qui, comme l'amour, est toujours unique et donc impossible à reproduire.

Hôte est celui qui ouvre le coeur et la maison, comme celui qui accepte d'être accueilli. Dans ce mouvement d'accueil réciproque se trouve notre coeur, Seigneur, qui t'invoque avec nos voix et nos façons d'être différentes. Visite-nous, Jésus, et accueille les palettes de nuances que nos coeurs te confient. Libère-nous du jugement réciproque et continue à nous enseigner à vivre en frères.