Aujourd'hui, la parole

Au milieu
Saturday, 16 November 2019
XXXIII DIMANCHE T.O. ( Ml   3, 19 - 20 / Ps 97 / 2 Th 3, 7 - 12 / Lc 21, 5, 19 )             Les paroles avec lesquelles le Seigneur nous accompagne vers la fin de cette année liturgique peuvent étonner, mais en...

                                                      XIV DIMANCHE

( Is 66, 10 - 14 / Ps 65 / Gal 6, 14 - 18 / Lc 10, 1 - 12. 17 - 20 )

 

          Nous sommes et serons toujours peu face à l'ampleur de la moisson qui est le fruit de la divine abondance dans les coeurs. Comme les disciples, nous sommes appelés à surveiller notre façon de nous complaire de nos " succès" au détriment de la prise de conscience que chaque annonce de l'Evangile dans les coeurs est précédée de la présence et de l'amour de Dieu qui fonde à distance  - et de façon secrète - chaque réponse possible  : " Priez donc le Seigneur de la moisson, pour qu'Il envoie des ouvriers à sa moisson !" ( Lc 10, 2 ) La manière dont le Seigneur nous demande d'annoncer l'Evangile - en témoignant et non magistralement - est affaire de passion et de détachement. Il s'agit d'être agiles et libres, profondément impliqués, sans être obsessionnels et préoccupés. Il est demandé au disciple de ne pas juger la réaction à l'annonce dont il est l'humble et le serein dépositaire . " Si c'est un fils de la paix, votre paix descendra sur lui" ( 10, 6 ). Il est demandé au disciple de rester discret et de ne pas trop présumer d' une évaluation et d'un jugement. 

          La croix dont parle Paul dans la seconde lecture est l'unique assise que l'Eglise peut connaître et c'est celle d'une mère qui allaite chaque créature comme un fils, plutôt que de prétendre juger tout et tous. La parole de Paul " quant à moi, la croix de notre Seigneur Jésus Christ reste ma seule fierté; par elle, le monde est crucifié pour moi, et moi pour le monde" ( Gal 6, 14)   se marie bien avec la parole d'Isaïe : " vous serez nourris de son lait, rassasiés de ses consolations, alors vous goûterez avec délices à l'abondance de sa gloire" ( Is 66, 11 ). A ces deux images, dominées par la logique du service et du don, s'oppose la référence à " Sodome" ( Lc, 10 - 12 ), ville évoquée par le Seigneur Jésus pour ses caractéristiques clairement opposées à la logique du Règne et au mystère de sa croissance au coeur de notre humanité. Sodome indique bien une civilisation repliée sur elle-même. Sodome est une belle ville, sûre, l'on dirait aujourd'hui moderne et très fonctionnelle. Lot s'y transfère avec sa famille et c'est là qu'il espère que ses filles pourront s'assurer un avenir meilleur. Abraham, au contraire, reste sous les tentes et c'est là qu'il reçoit la visite de Dieu et l'annonce de la destruction prochaine des villes.

          A Sodome comme à Gomorrhe, tout semble aller bien, mais la richesse et le progrès ne sont pas considérés comme un don, mais comme une conquête dont, il est clair, sont exclus les étrangers, pélerins ou invités, trois catégories de personnes qui peuvent indifféremment être respectées ou rejetées. Ceci est contraire à la logique de l'Evangile qui demande au disciple d'être accueillant, de se laisser bénévolement invité, sans prétention, droit ou protection particulière, mais en acceptant, que sa vie soit entièrement exposée : " allez, voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups ; ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales" ( 10, 3 - 4 ). Tout le soin et l'attention consiste à révéler que le Seigneur est plus " proche" ( 10, 9 ) que tout ce que nous pouvons imaginer, car Il nous " console" ( Is 66, 13 ) comme une mère le fait avec son fils....et, nous sommes tous des frères, et seulement des frères.

Que le voyage ne nous trouve pas paresseux ou appeurés, Seigneur, et que là où tu nous envoies, nous y arrivions comme des pélerins et des pauvres, sans rien qui protège notre chemin. Fais que, par ta grâce, nous traversions villes et champs, dans la liberté que tu nous donnes, en messagers passionnés par ton amour vivant, sans grandes paroles, mais en témoignant d'une vie simple enracinée en Toi.