Aujourd'hui, la parole

"Low profile"
Sunday, 28 August 2016
XXII DIMANCHE T. O.   Le Siracide nous invite à assumer ce que nous appellerions aujourd'hui dans notre langage le « low profile ». Etre humble signifie cultiver la mémoire de notre créature et vivre...

Dernières nouvelles

Mardi 30 Aout, à 16h30 dans l’église de Rhêmes-Notre-Dame, fr. Andrea Serafino Dester sera ordonné diacre, en vue du presbytérat, par mons. Franco Lovignana, Evêque de Aoste. Nous demandons à vous...

           Nous ne sommes pas une abbaye, ni un prieuré, et si nous sommes un monastère, c'est de la manière la plus petite, comme l'est une "domus monastica". Nous sommes actuellement trois moines qui essayent de vivre fidèlement la tradition bénédictine de la Congrégation de Subiaco-Mont Cassin, en accueillant chaque jour les appels de la vie, jusqu'à en assumer les contraintes et les nécessités.

          Le mystère qui inspire notre vie est celui de la Visitation, également appellation de la paroisse dans laquelle nous vivons. Voici donc "la Koinonia de La Visitation", une fraternité où la koinonia - communion - est prioritaire dans les relations entre nous et tous ceux qui croisent notre vie, de différentes manières.

          Même si nous sommes une petite communauté, nous en sommes pas isolés grâce à l'aide et au soutien du monastère d'En-Calcat (France) et grâce à l'accompagnement du père André-Jean Demaugé qui, en tant que délégué de l'Abbé-Président de notre Congrégation, nous guide sur notre chemin de recherche de Dieu et d'attention envers nos frères et sœurs en humanité.

          Auprès de la figure de notre père Benoît, nous avons choisi de mettre en évidence les témoignages de François d'Assise et du frère Charles De Foucauld. A travers ces deux "visages", nous trouvons une inspiration pour une interpétation plus ample de la tradition monastique.

          Il pourrait, sans doute, paraître étrange, voire inopportun, de s'engager dans une nouvelle réalité, alors que toutes les communautés ont besoin de forces pour continuer leur témoignage! Pourtant, nous accueillons notre vie comme une possibilité vécue dans le provisoire et la fragilité, ce qui demande une fidélité à "l'instant présent " sans trop de projet, avec la certitude d'être "ici et maintenant" pour vivre une fidélité fraternelle qui nous ouvre à l'accueil et à l'accompagnement des cheminements et des espérances de tous ceux qui passent par notre maison.

          Lorsque nous partageons le vécu d'autres communautés monastiques, nous entendons souvent parler de "fragilisation", de diminution de force, de nécessité de réduire les activités spécifiques pour trouver comment habiter des bâtiments souvent trop grands et trop lourds à entretenir. Pour nous, les choses sont bien différentes: nous vivons une petite réalité à tous les niveaux - la maison, les activités, l'entourage et le mode relationnel -, mais surtout, il ne s'agit pas pour nous de faire l'expérience d'une "fragilisation ", mais plutôt d'assumer une façon d'être primordiale de "fragilité " que nous pourrions définir comme constitutive de notre vie. Le fait d'être seulement à trois et d'habiter une maison qui n'est pas la nôtre, nous oblige à vivre profondément le moment présent, sans trop de projet pour l'avenir. D'un côté, cela nous rend très vulnérable, mais nous permet aussi, d'autre part, de valoriser la beauté de la liberté.